The Aggrolites (Rocksteady/reggae/funk from LA)

  • 17

    Nov

    2019

    @ le Molotov

    3 place paul cezanne


    21:00

    Entrée : 18€

    Prévente: 16.99€

    The Aggrolites (Rocksteady/reggae/funk from LA)

    reggae, rocksteady, Ska

  • Achetez vos billets

    Les cinq membres de The Aggrolites commencent à faire de la musique ensemble à Los Angeles en 2002 en tant que backing-band de Derrick Morgan. Certains membres du groupe ont auparavant joué avec The Rythm Doctors et The Vessels, des groupes ska locaux (Jesse Wagner et Brian Dixon avaient déjà fait équipe au sein des excellents See Spot). Le travail d’accompagnement de Derrick Morgan se passe à merveille et les cinq lascars décident de continuer un bout de chemin ensemble.
    Le groupe crée rapidement un savant mélange de reggae, de soul et de rock teinté de rocksteady et de funk. Ce cocktail explosif, ils prendront l’habitude de la nommer « Dirty Reggae » car effectivement, leur musique jamaïcaine semble pervertie par des influences plus américaines.
    The Aggrolites s’inspirent de la scène reggae, rocksteady et ska des années 60, notamment des artistes comme Toots And The Maytal, Derrick Morgan, Symarip ou Prince Buster… Leur nom fait référence à The Aggrovators, un groupe jamaïcain des 70’s dans lequel de nombreuses pointures ont fait escale (Tommy Mc Cook, Jackie Mittoo, Sly And Robbie…) et évoque par son préfixe « Aggro », la violence qui règne dans les stades britanniques. Car l’Angleterre est bien dans l’esprit de ces quatre musiciens. Ils ont été nourris au Clash et leur style de prédilection, l’early reggae (ou skinhead reggae) s’est développé en Angleterre où les immigrés jamaïcains étaient nombreux et le rastafarisme absent, avec des artistes comme The Pioneers ou Laurel Aitken. Mais leur musique est aussi chargée de références américaines, du funk de The Meters à la soul de James Brown.
    En 2003, le quintet accompagne Prince Buster sur scène au Etats-Unis. Ce dernier ne tarira pas d’éloges en s’étonnant qu’un groupe aussi jeune puisse jouer à la perfection cette musique comme à l’époque de ses premiers enregistrements. La même année, Jesse Wagner (chant-guitare), Brian Dixon (guitare), J Bonner (basse), Roger Rivas (clavier) et Korey Horn (batterie) entrent en studio et bouclent leur premier album en une seule journée, dans des conditions proches du live. « Dirty Reggae » sortira sur le petit label Axe Records.

    Billetterie Weezevent