ELLIOTT BROOD

  • 17

    Avr

    2022

    @ Le Molotov

    3 Place Paul Cézanne


    20:30

    Entrée : 6€

    Prévente: Disponible

    ELLIOTT BROOD

    Alternatif, Country, Rock

  • Réservez votre place sur Weezevent See Tickets Fnac


    Des montagnes de l’Utah aux tranchées de la crête de Vimy, les chansons d’Elliott BROOD parcourent le gore et la gloire de l’histoire dans une égale mesure depuis près d’une décennie.
    Avec le stomp et le thrash de leurs premiers albums, Elliott BROOD s’est fait une place en puisant dans les recoins les plus sombres de l’histoire et de la mémoire. Aussi lourd et déchirant que puisse être le passé, pour Elliott BROOD, il est aussi un compagnon généreux, offrant le cadeau de l’appréciation pour les temps de paix et de grâce.

    Avec Keeper, le septième album d’Elliott BROOD, le trio aborde le passé en termes plus personnels. Le titre, qui évoque la loyauté et la longévité, donne le ton d’un album qui explore la force de la conviction et la façon dont cette force est testée, encore et encore, au fil du temps. Les réflexions sur la valeur et le dévouement, et leurs revers émotionnels, sont à l’origine d’une collection qui voit le groupe explorer ces champs de bataille beaucoup plus près de chez lui.
    Pour le premier aperçu de Keeper, une intro acoustique lumineuse éclate dans le refrain flottant et insouciant de “Stay Out”, une chanson sur le moment et la raison pour lesquels nous trouvons le chemin de la maison. Mixée par Ryan Hadlock (TheLumineers), “Stay Out” est tout de ciel bleu et de soleil, même si elle se délecte de la nuit. La chanson met en balance l’exaltation fugace de l’insouciance et les liens plus profonds qui nous unissent.
    Le sujet des relations familiales, le jeu de la gratitude et du conflit, réapparaît sous des formes plus complexes avec “Full of Wires”, une chanson sur le fait de ne pas laisser les choses non dites, et “A Month of Sundays”, les retombées après que trop de choses aient été dites.
    Keeper se concentre surtout sur les relations durables, complexes, à long terme, celles dans lesquelles on naît, celles dans lesquelles on vieillit. Avec des plongées dans le slapback des années 50 dans “No Way Out”, les bords métalliques de “Bird Dog”, l’une des deux chansons mixées par Sylvia Massy, productrice de Tool et Johnny Cash, et les éclaboussures de synthé sur “The Coast”, Elliott BROOD continue d’étendre son son au-delà de ses origines acoustiques.
    Keeper, créé au cours de mini-retraites d’écriture et d’enregistrement pendant qu’ils parcouraient le circuit des festivals d’été, marque un autre chapitre satisfaisant dans l’évolution continue d’Elliott BROOD.
    De l’album Mountain Meadows, présélectionné pour le prix Polaris, à Days Into Years, récompensé par un prix JUNO, le trio de Mark Sasso, Casey Laforet et Stephen Pitkin a créé une œuvre à la fois méticuleuse et tapageuse, substantielle et divertissante.

    www.elliottbrood.com
    facebook.com/ElliottBROOD
    youtube.com/user/elliottbrood
    instagram.com/elliottbrood