MARGARITAS PODRIDAS

  • 1

    Août

    2023

    @ Le Molotov

    3 Place Paul Cézanne


    20:30

    Entrée : 10€

    Prévente: 8€

    MARGARITAS PODRIDAS

    Grunge, Shoegaze

  • Réservez des places : BILLETS


    Margaritas Podridas est un jeune quatuor basé à Hermosillo, au Mexique. Il naît en 2015 de l’alliance de Carolina Enríquez (basse et chant), Esli Meuly (guitare), Alfonso Lopez (guitare) et Rafael Armenta (batterie), et d’un amour commun pour le rock underground des années 90, à la croisée du grunge et du shoegaze.

    En 2018, Margaritas Podridas sort un premier album, Porcelain Mannequin, marquant le début de tournées au Mexique. Leur second opus, l’éponyme Margaritas Podridas, a suivi en 2021, et leur a ouvert les portes de festivals internationaux tels que Ruido Fest (Chicago), Freakout Festival (Seattle), ou This Ain’t No Picnic (Pasadena). Le groupe gagne encore en popularité suite à son enregistrement d’une session live pour la renommée radio de Seattle, KEXP. Là où leur premier album affirmait leur amour pour le grunge et offrait des chansons en anglais, Margaritas Podridas se rapproche du shoegaze et de la noise pop – bien que des titres comme « Margaritas » rappellent le groupe à ses débuts plus écorchés – et se chante fièrement dans la langue natale du groupe.

    Le premier nom de la formation était Rotten Daisies, auquel a finalement été préféré sa traduction espagnole : Margaritas Podridas. Cette décision de négation de la langue anglaise aussi bien pour se présenter au monde que dans les paroles de leurs chansons traduit leur volonté de rester fidèles à leur identité, et ce malgré un engouement grandissant pour le groupe se propageant dans le monde entier. « C’est une combinaison de mots forts et sensibles à la fois. C’est ce qui nous représente le mieux, selon moi » explique Rafael.

    Margaritas Podridas est un espace de libération de la parole, comme l’ont été les Bikini Kill ou Hole. Engagé politiquement, le groupe mène une bataille sans relâche contre le sexisme et le patriarcat, notamment dans l’industrie musicale, comme le manifeste le single « No Quiero Ser Madre », hymne enragé visant le mouvement anti-avortement. Dès l’ouverture de leur second album, « Pétalos Mordidos » met en lumière la lutte pour la justice dans un monde abîmé. Il y a fort à parier que les Margaritas Podridas ne vont pas en rester là, et puisque les inégalités n’ont pas fini d’exister, il est temps de faire de leur musique la bande son de tous les espoirs.

    Socials:
    Facebook Instagram Bandcamp