ONE SHOT

  • 29

    Avr

    2023

    @ Le Molotov

    3 Place Paul Cézanne


    20:30

    Entrée : 20€

    Prévente: 18€

  • Réservez des places : BILLETS

    Event facebook


    Le Molotov présente en accord avec Garmonbozia Inc :

    ONE SHOT

    Sans aucun doute l’un des groupes les plus marquants de la scène progressive internationale.
    Depuis vingt-cinq ans, One Shot réinvente le mariage du rock et du jazz, puisant dans le premier son énergie foudroyante, et dans le second sa liberté et son goût de l’imprévu. Dans sa nouvelle configuration, inédite avec ses deux claviers, le quatuor a d’abord voulu rendre hommage à son guitariste James Mac Gaw, disparu en 2021, avant de décider de poursuivre ses explorations vers des horizons totalement nouveaux avec un album attendu pour mars 2023, “111”.


    À l’été 1997, le guitariste James Mac Gaw retrouve son complice bassiste Philippe Bussonnet dans Magma, que vient également d’intégrer le claviériste Emmanuel Borghi. Les deux premiers ont fait leurs débuts musicaux à la fin des années 80 à Belfort avec le batteur Daniel Jeand’heur, brassant des influences éclectiques allant d’AC/DC à John Coltrane en passant par le rock progressif et le jazz rock. Borghi, après s’être consacré au piano pendant plus de dix ans au sein du trio de Christian Vander, aimerait renouer avec ses premières amours plus électriques et trouve en eux les partenaires idéaux. Les parcours des quatre musiciens semblent converger naturellement vers l’idée d’un groupe au son puissant, très rock, mais avec l’ouverture et la spontanéité du jazz, à la manière du Lifetime de Tony Williams.

    Chacun des membres du quatuor étant invité à contribuer au répertoire 100 % original et instrumental, un premier CD voit le jour, en autoproduction, en 1999 (One Shot), suivi en 2001 d’un deuxième, enregistré live, Vendredi 13, sur le label Soleil Zeuhl, avec notamment les deux premiers volets de l’épopée « I Had A Dream » signée Borghi et l’implacable et jubilatoire « URM » concocté par Bussonnet.

    Programmé régulièrement dans la salle lilasienne depuis son ouverture en 2001, One Shot démarre avec Le Triton un partenariat très fructueux, qui va se traduire par la sortie coup sur coup de deux albums sur le label maison, enregistrés sur place sous l’égide experte de Jacques Vivante, qui réussit enfin à restituer pleinement sur disque la puissance du quatuor sur scène.
    Ewaz Vader (2006), propulsé par le brûlot irrésistible qui lui donne son titre, et qui propose également la suite (et fin) de « I Had A Dream », est salué unanimement comme un jalon majeur du genre, et vaudra au groupe d’être invité à se produire aux États-Unis, en Norvège ou en Allemagne.

    Dark Shot (2008), accompagné dans son édition d’origine d’un DVD filmé en concert au Triton, creuse le même sillon mais se distingue aussi par des inclinations plus électro, influencées par les projets parallèles de certains de ses membres. Avec le remplacement de Borghi par Bruno Ruder en 2010, One Shot revient à une approche plus brute et plus rock, avec le piano Fender comme unique clavier, comme en témoigne l’incandescent Live In Tokyo (2011), qui revisite brillamment le répertoire précédent.

    Alors que l’enregistrement d’un nouvel album est programmé, en 2015 le groupe connaît un coup d’arrêt aussi inattendu que brutal lorsque James Mac Gaw, frappé par un cancer foudroyant, est contraint de raccrocher sa guitare. One Shot s’arrête (un coffret de ses œuvres complètes est édité par Le Triton en 2016), mais Jeand’heur et Ruder assisteront leur collègue dans la réalisation d’un album de sa musique, La Fin des Temples, paru fin 2020 quelques mois à peine avant que la maladie ne l’emporte à seulement 52 ans.

    La renaissance de One Shot débute alors comme un hommage obligé au disparu, les quatre musiciens ayant participé à l’aventure à ses côtés unissant leurs forces et leurs talents dans une configuration inédite où personne n’hérite du rôle (de toute façon intenable) de remplaçant, mais qui réussit à retrouver cet équilibre parfait entre finesse et intensité qui a toujours été la patte du groupe. Le concert au Triton (forcément) d’octobre 2021 est un grand moment d’émotion, mais surtout de musique, au point qu’il fait l’objet d’une édition en CD (A James). Plus inespéré encore, les retrouvailles vont se prolonger, avec des concerts supplémentaires au printemps 2022 et, maintenant, l’enregistrement d’un nouvel album, 111, dont la sortie est prévue pour mars 2023.

    Socials:
    Facebook